Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

M. le président. — Pierre-Jean Gravelle.

M. Gravelle. — Merci, Monsieur le Président. Monsieur le Préfet, mes chers collègues, je souhaitais intervenir sur plusieurs sujets, le premier concerne les trajectoires des avions.

Il se trouve que pendant quelques jours, j'ai fait mon jardin, j'ai planté mes salades et je me suis rendu compte qu'un certain nombre d'avions passaient au-dessus de ma tête. Ce n'est pas nouveau, cela existe, mais là, j'ai pu les repérer, m'informer et regarder ce qui se passait.

Je découvre ainsi, grâce à une association, qu'au mois de juin, vingt-neuf avions sont passés au-dessus de Villecresnes. Certains ont des raisons, mais beaucoup n'en ont pas et cela, ce n'est pas normal. En plus, au mois de juin, dix avions ont décollé d'Orly au moment du couvre-feu. Il y a des choses qui ne vont pas. J'ai les traces, des trajectoires qui montrent que les avions sont passés à des endroits où ils ne devaient pas.

J'ai écrit à la Direction générale de l'aviation civile (DGAC) qui a bien voulu me répondre et qui m'a donné des explications. Elles sont de plusieurs ordres dont une me disant que lorsque la piste 08 est fermée, on va sur la 06, mais sur la 06, il n'y a pas de procédure de décollage. Donc, que fait-on ? C'est le contrôleur qui décide où les avions vont passer et où passent-ils ? Sur Villecresnes. Ce n'est pas normal. En plus, cela pollue.

Dans ce courrier, on me fait prendre des vessies pour des lanternes, on me dit que des avions que j'ai reconnus comme étant à réacteur sont des avions à hélice. Je ne vais pas critiquer la personne qui m'a répondu à la DGAC parce qu'elle n'a peut-être pas toutes les informations, mais j'ai bien l'intention d'écrire avec ce dossier qui commence à être important à la ministre de l'Environnement, Mme Ségolène Royal, qui, j'en suis sûr, saura trouver des trajectoires raisonnables pour tout le monde et pour que nous n'aurons plus ces avions au-dessus de nos têtes.

Je voulais aussi indiquer que je trouve regretable que l'hôpital de Villeneuve-Saint-Georges ait été obligé de rembourser les 2,5 M€.

Ensuite, les routes. Monsieur le Préfet, vous indiquez dans votre rapport que la déviation de la nationale 19 est sur la bonne voie puisqu'elle est financée jusqu'en haut du Plateau briard. Il y a quand même quelque chose qui m'inquiète : cette semaine, j'étais à la réunion du Comité des usagers de l'Arc boisé et je les ai entendus dire que si la déviation était financée, le passage à faune, autrement dit le crapauduc, ne l'était pas. Que va-t-on faire ? les travaux vont-ils s'arrêter ? vont-ils continuer ? va-t-on faire le passage à faune ?

C'est une question très importante parce que les Verts, les écolos et les gens qui ne sont pas forcément Verts ont envie que la nature soit sauvegardée, préservée sur notre beau canton du Plateau briard. Je vous demande de regarder pour savoir de quoi il s'agit exactement.

Il vous avait été aussi fait remarquer les années précédentes que les nationales étaient très sales. J'ai constaté qu'elles avaient été nettoyées, je vous en remercie. Par contre, les entrées ou les sorties des nationales, la 86 notamment à Choisy-le-Roi, sont dans un état absolument déplorable, dégoûtant, ce sont des déchetteries, des dépotoirs. Ce n'est pas tolérable pour les gens qui habitent, qui viennent en région parisienne, qui viennent visiter notre département...

Mme Procaccia. — Pour les usagers aussi.

M. Gravelle. — Oui, mais à la limite en tant qu'usager, on s'habitue, ce n'est pas bien, mais pour le Comité du tourisme qui essaye de promouvoir notre département, il y a vraiment quelque chose à faire, il faut absolument nettoyer ces routes.

J'ai demandé aussi depuis un certain temps qu'il y ait un radar sur la 406 lorsque l'on va de Boissy à Créteil. Toutes les semaines, la police peut le confirmer, il y a une voiture sur le toit à cet endroit-là.

Une fois, on m'avait répondu que c'était au maire de la commune de faire la demande. Le maire l'a peut-être fait, il l'a peut-être oublié, mais, Monsieur le Préfet, lorsqu'il s'agit de communes qui n'ont pas fait de logements sociaux ou pas assez, vous savez prendre des décisions, vous avez la possibilité du droit de préemption et d'obliger les communes à faire des logements sociaux.

Là, vous devriez, puisque la commune ne demande pas de radar, en mettre un en place à cet endroit. Toutes les semaines, il y a des accidents et pour une fois, ce serait un radar qui servirait à quelque chose, ce ne serait pas un radar-tirelire.

Il y a eu plusieurs réunions avec les utilisateurs de la nationale 19 entre Boissy-Saint-Léger et le Plateau briard pour décider de certains panneaux, voir si la vitesse était bien régulée et si les panneaux étaient bien adaptés à la vitesse.

Il se trouve qu'il avait été décidé des choses qui n'ont pas été faites. A la limite, ce n'est pas grave, mais deux accidents ont eu lieu cette année, une voiture a broyé une armoire téléphonique et une autre est rentrée dans une propriété juste à l'endroit où l'on avait demandé que la vitesse soit à 50 km/h et non pas à 70 km/h.

Puisque j'ai des papiers qui disent que l'on va changer les panneaux, je me demande si l'État ne peut pas être attaqué pour n'avoir pas dit ce qu'il avait prévu de faire.

Concernant le poste de police, à Villecresnes, lorsque j'étais président du syndicat du Plateau briard, nous avions construit un poste de police et en contrepartie de cela, nous devions avoir un certain nombre de policiers et de gendarmes (à l'époque, on pouvait avoir des gendarmes), cinq policiers, deux gendarmes.

Aujourd'hui, on a construit, le poste de police est vide, il y a un policier et un stagiaire. Ce n'est pas normal quand, vous le dites vous même dans votre rapport, les cambriolages augmentent dans le département. Il faut absolument faire quelque chose là-dessus.

En interrogeant les élus du Plateau briard, un m'a dit : méfions-nous, faisons attention, on commence à avoir un désert médical.

À Villecresnes, il y avait une radiologie, elle a fermé parce qu'elle n'a pas trouvé de repreneur. À Santeny, il y a un médecin, à Marolles, un est décédé, il n'a pas trouvé de remplaçant ou alors, un remplaçant qui exerce sur plusieurs communes.

Ce n'est pas encore le désert médical, mais je pense que dès maintenant, il faut commencer à s'en préoccuper parce qu'un jour, il va y avoir un problème et il sera trop tard pour trouver des médecins sur le Plateau briard et sur toutes les communes. Je ne souhaiterais pas que l'on devienne, comme certaines communes perdues au fond de la France, sans médecins.

Je voudrais terminer en vous donnant mon point de vue sur les futurs territoires que vous vous apprêtez à décider.

Il se trouve que lorsqu'on regarde un peu la carte (tout le monde peut l'imaginer), vous avez un canton qui va du Plateau briard (puisque c'est le centre) jusqu'à La Queue-en-Brie. Vous avez une circonscription, le Plateau briard, qui va jusqu'à Villeneuve-le-Roi/Ablon.

Si j'en crois ce que certains maires m'ont dit, vous vous apprêtez à décider d'un territoire sur l'axe de la nationale 19. Vous êtes en train de faire une belle croix et de nous crucifier, car comment voulez-vous faire une réforme territoriale et une simplification administrative en faisant des choses pareilles ? Il y a quelque chose qui ne va pas (non pas dans ce pays, d'autres se sont chargés de le dire) dans le Val-de-Marne et sur ce Plateau briard.

Tous les gens du Plateau briard souhaiteraient se tourner vers la Brie pour sauvegarder les espaces maraîchers, les espaces verts, plutôt que de se tourner vers le territoire et la métropole de Paris et que l'on ne fasse pas ce que M. Rocard voulait faire dans son Livre blanc, mettre 40 000 ou 60 000 habitants sur le Plateau briard.

Je vous remercie de m'avoir écouté et j'espère que j'aurai des réponses.

M. le président. — Merci. Je vais demander à chacun de faire un effort de concision pour permettre ensuite à M. le préfet de pouvoir vous répondre. Jacques Leroy.

Réponse du Préfet

Pour M. Gravelle, il y a des questions que je traiterai de manière plus ponctuelle, le crapauduc notamment ou le radar sur la 406.

Sur le poste de police de Villecresnes, sur les problèmes de desserte médicale du Plateau briard qui ont été soulignés à deux reprises, M. Éric Béchard est ici présent, et sur les problèmes ponctuels que vous pouvez rencontrer, je viens demain en visite à Villecresnes et en plus, cela me fait plaisir parce que vous le savez, je crois à un avenir du Plateau briard, non pas forcément celui que tout le monde craint c'est-à-dire une sorte d'abandon ou de délaissement, je pense qu'avec le massif de l'Arc boisé, vous avez une richesse absolument extraordinaire.

J'ai demandé d'accélérer les procédures pour le classement de l'Arc boisé. Mon but est d'y arriver avant la discussion par le Parlement du projet de loi sur les paysages. Je ne désespère d'ailleurs pas que la ministre à laquelle vous faisiez allusion tout à l'heure se déplace elle-même pour cette procédure. Vous avez un trésor, un trésor qui est briard, mais qui est un trésor pour toute l'agglomération parisienne.

Il est impossible que vous soyez rattachés administrativement à Brie-Comte-Robert, car les mouvements ne peuvent pas se faire dans ce sens-là, mais dans l'autre sens. Il y a plusieurs scenarii qui sont actuellement envisagés, je crois qu'il y a autant de cartes de territoires que d'élus présents et il y a peut-être même des élus qui ont plusieurs cartes. Donc, vous le voyez, cela fait un paquet de cartes de territoires.

La préfecture de région ne s'est pas encore prononcée sur cette question. Son objectif n'est pas d'interférer dans la campagne des cantonales avec la question des territoires, mais il est évident qu'il va falloir que les élus discutent entre eux, réfléchissent entre eux pour que ces territoires soient homogènes.

On nous demande de les imaginer pas trop déséquilibrés et autour de territoires de projets. On les voit bien ces territoires. Je parlais de l'Arc boisé, mais il y a aussi Val-de-Fontenay, Champigny qui est en profonde transformation, en profond devenir, le pôle d'Orly avec Rungis, il y a la VSB, les Grandes Ardoines, la vocation administrative et politique de Créteil...

 

Mon intervention lors de l'audition du Préfet !!
Tag(s) : #Général
Partager cet article
Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :